A l’affiche : Ballerina à Emeraude Cinémas

A l’affiche : Ballerina à Emeraude Cinémas

A l’affiche : Ballerina à Emeraude Cinémas

Réalisé par Eric Summer, Eric Warin
Avec Elle Fanning, Dane DeHaan, Maddie Ziegler, Carly Rae Jepsen
Tous publics
Durée : 1h29. – Genre : Animation
Sortie nationale le 14/12/2016

Synopsis

Félicie est une jeune orpheline bretonne qui n’a qu’une passion : la danse. Avec son meilleur ami Victor qui aimerait devenir un grand inventeur, ils mettent au point un plan rocambolesque pour s’échapper de l’orphelinat, direction Paris, ville lumière et sa Tour Eiffel en construction !

Secrets de tournage :

Un rôle en or

C’est la première fois que Camille Cottin doublait un personnage de film d’animation. L’actrice se reconnaît particulièrement en Félicie : « J’ai moi aussi rêvé d’être danseuse mais je n’avais pas la technique : c’est un rôle que l’on ne m’aurait jamais proposé pour de vrai alors doubler Félicie a été une opportunité en or », confie-t-elle.

Entre rêves et aspirations

C’est Malik Bentalha qui prête sa voix à Victor, qui rêve d’être un inventeur. Un personnage plein d’ambition et de rêves dans lequel s’est grandement reconnu l’humoriste : « Je suis comme Victor, un éternel amoureux de Paris. Quand je suis arrivé dans cette ville, c’était avec la conviction folle de devenir humoriste et j’y suis arrivé », déclare-t-il. « Victor a raison de persévérer : il a un don ! Travailler avec Gustave Eiffel est un rêve qu’il concrétise. Il a trouvé son mentor, lui aussi. Ce thème de la filiation évoque des choses très personnelles : dans mon métier, on est souvent adoubé par nos pairs et c’est de cette manière qu’on progresse. Dans le passé, j’ai eu la chance de croiser le chemin de gens comme Jamel Debbouze et Gad Elmaleh. C’est un privilège d’avoir face à soi des exemples de réussite, des modèles dont on s’inspire ensuite pour s’inventer, se trouver soi-même ».

Doublage difficile

Si Malik Bentalha a déjà fait du doublage pour Monstres Academy, celui de Ballerina s’est révélé un exercice plus périlleux. « La voix de Victor est proche de la mienne. J’en ai facilement trouvé la tonalité ; ce sont les intentions qui étaient plus délicates à définir. (…) Passer d’un état à un autre en s’adaptant au rythme de l’animation est un exercice d’acrobatie. Le personnage de Victor est souvent en ruptures, il passe de la joie à la déception en quelques répliques… surtout lorsqu’il déçoit Félicie ! Je suis humoriste, je viens de l’improvisation, elle me nourrit chaque soir sur scène mais sur Ballerina, il y avait un cadre à respecter. On a eu la chance de pouvoir adapter certains dialogues à notre sauce, ajouter de petites vannes… mais je me suis contrôlé pour ne pas en rajouter au niveau de l’impro », confie-t-il.

Genèse

Le projet de Ballerina remonte à 2010 et s’appelait à l’époque La véritable histoire des petits rats de l’Opéra. Trois ans ont ensuite été nécessaires pour vraiment développer une idée. Les producteurs Nicolas Duval-Adassovsky, Laurent Zeitoun et Yann Zenou n’avaient même pas d’expérience en animation avant de se lancer dans l’aventure. Ainsi, c’est en 2013, que le film a commencé à véritablement prendre forme avec ce qui serait son titre définitif, Ballerina.

Pour consulter tous les films à l’affiche et les films à venir, cliquez ici 

Sélection de produits à Châteaubriant