Connaissez-vous l’histoire de la dame de Vioreau ?

Connaissez-vous l’histoire de la dame de Vioreau ?

Echo de la fin tragique de Françoise de Foix ? Il reste encore en pays castelbriantais la légende de la Dame de Vioreau.

Le domaine de Vioreau, château, étangs et forêts, a fait partie, un temps, de la Baronnie de Châteaubriant, puisque Geoffroy IV, époux de Dame Sibylle, y rédigea un testament au milieu du XIII° siècle. Les seigneurs de Châteaubriant s’y livraient aux plaisirs de la chasse et de la pêche en compagnie de leurs vassaux, les seigneurs de La Haie en Auverné, de la Chaussée en Moisdon, de la Rivière et du Maffay en Abbaretz. Ils y recevaient aussi les visites des Moines de l’abbaye de la Meilleraye.

Est-ce au cours de l’une des nombreuses fêtes que la Dame de Vioreau lia connaissance intime avec l’un de ces valets ? La liaison amoureuse fut brève et la dame en conçut un vif dépit, au point d’envoyer son amant, le jeune Franchaulet, porter un message au gouverneur du château de Nantes : « Pendez sans plus tarder le porteur de cette missive » avait écrit la dame, en un moment de rage.

Heureusement, le seigneur de Vioreau, s’était douté de quelque chose et avait rejoint Franchaulet, à la prison de Bouffay, avant que la sentence n’ait eu temps d’être exécutée. « Dis-moi tout et je te ferai la vie sauve » lui dit-il. Et le drôle vendit sa maitresse.

Quelques temps après, le Sire de Vioreau se rendit avec sa femme au château de Blain où il y avait de très grandes réjouissances et il la fit danser, tant et tant et si bien, qu’elle s’écroula hors d’haleine et tout en sueur sur le siège de pierre d’une des fenêtres de la grand’salle.

C’est là qu’elle contracta le froid mortel qui devait l’emporter sans tarder. Le Sire de Vioreau, la joie dans l’âme, récompensa Franchaulet en lui donnant la terre sur laquelle il était né …

Pour découvrir d’autres histoires locales, cliquez sur le lien suivant

Sélection de produits à Châteaubriant