Entretien avec Betty & Christine du magasin Bagatelle

Entretien avec Betty & Christine du magasin Bagatelle

Vous les côtoyez régulièrement mais les connaissez-vous vraiment ? Par cette série d’entretiens courts, Villes&Shopping vous donne la possibilité de mieux connaître les commerçants de votre ville de Châteaubriant. Aujourd’hui laissons la parole à Betty & Christine du magasin de prêt à porter et d’accessoires féminin à Châteaubriant.

Bagatelle1- Etes-vous originaire de Châteaubriant ? Si non d’où venez-vous ?

Nous sommes toutes les deux originaires de Châteaubriant et ce depuis trois générations !

2- Quel est votre parcours professionnel ?

Nous avons travaillé vingt-cinq ans aux côtés de notre père, dans l’entreprise de confection masculine qu’il a créée et ses deux magasins, à Châteaubriant et à Rennes. Ensuite nous avons réorienté l’activité vers la vente de prêt-à-porter féminin.

3- Ou êtes-vous situé à Châteaubriant ?

Le magasin se situe au 26 de la rue Aristide Briand à Châteaubriant

4- Qu’est-ce qui vous plaît dans votre métier ?

Nous aimons le contact avec les clientes, les conseiller et répondre à leurs attentes.

5- Que proposez-vous comme produit ou comme services ?

Nous proposons du sportwear chic pour la femme active.

6- Pouvez-vous nous présenter votre équipe ?

Nous sommes deux sœurs, Betty et  Christiane.

7- Qu’est-ce qui vous plaît particulièrement à Châteaubriant ? 

Nous sommes attachées à la ville où nous sommes nées, nous la connaissons bien ainsi que ses habitants.

8- Que diriez-vous pour donner envie de venir dans votre magasin ?Bagatelle

Nous sommes un magasin multimarques, ce qui est de plus en plus rare !

9- A l’image de Villes&Shopping, quelle est l’importance d’Internet et du commerce en ligne dans votre activité ? 

Nous souhaitons par l’intermédiaire de Villes&Shopping être connu plus largement.

Connaissez-vous l’histoire du prêt-à-porter en France ?

Le terme « prêt-à-porter » commence à être utilisé en France dans le courant des années 1950. Calqué sur le ready-to-wear américain, il se substitue au mot « confection » et désigne des articles vestimentaires produits en série, prêts à être portés.

S’inspirant des méthodes qui servent à la réalisation des uniformes militaires, la fabrication en série de vêtements de ville apparaît au XVIIIe siècle et prend son essor au siècle suivant, à proximité des centres urbains. La France, l’Angleterre, les États-Unis ou l’Allemagne développent, depuis le premier tiers du XIXe siècle, une industrie dont les produits sont destinés à la masse et où prévaut un souci d’efficacité et de rentabilité. Bagatelle

En France, la confection masculine suit un rythme de développement progressif en tout point conforme à celui des autres pays industrialisés. L’histoire de la confection féminine, en revanche, demeure longtemps occultée par celle de la prestigieuse haute couture : ce secteur très créatif monopolise en effet l’attention de la presse, des acheteurs et des consommatrices jusque dans les années 1950. À partir de cette époque, la confection, devenue prêt-à-porter, s’émancipe et ose enfin affirmer sa spécificité : créer des modes pour le plus grand nombre.

Industrie de main-d’œuvre, le prêt-à-porter présente un modèle original de développement qui oscille en permanence entre flexibilité et standardisation : flexibilité pour s’adapter à la demande, standardisation pour réaliser des économies d’échelle. Soumis à un rythme saisonnier qui nécessite un effort incessant d’innovation, défini par une logique de coûts de main-d’œuvre qui détermine ses lieux de fabrication, ce secteur, marqué très tôt par la mondialisation, est particulièrement sensible aux aléas de la conjoncture économique internationale.

Aujourd’hui, les tendances de la mode sont atomisées, chacun créant son propre style. De l’ultrabasique à l’hypersophistication d’un produit de luxe, l’offre est pléthorique.

Sélection de produits à Châteaubriant