La canal de Nantes à Brest remonte au XIXème et fait 364 kms

La canal de Nantes à Brest remonte au XIXème et fait 364 kms

Le canal de Nantes à Brest emprunte les vallées de l’Erdre, de l’Isac, de l’Oust, du Blavet (qu’il rejoint à Pontivy), du Doré, du Kergoat, de l’Hyères et de l’Aulne

Sur les territoires relevant de leur compétence, le conseil régional de Bretagne et le conseil départemental de la Loire-Atlantique sont propriétaires du canal de Nantes à Brest.

Le canal de Nantes à Brest est un canal à petit gabarit qui relie les villes de Nantes et de Brest et emprunte les vallées de l’Erdre, de l’Isac, de l’Oust, du Blavet (qu’il rejoint à Pontivy), du Doré, du Kergoat, de l’Hyères et de l’Aulne ; ces rivières sont reliées par trois canaux de jonction franchissant des lignes de partage des eaux. Sa construction remonte à la première moitié du xixe siècle et sa longueur totale est de 364 km.

Quelle est son histoire ?

L’idée d’ouvrir une voie de navigation intérieure en Bretagne remonte au xvie siècle lors de l’union du duché de Bretagne au royaume de France. La canalisation de la Vilaine, décidée en 1538 par les États de Bretagne, rend ce fleuve navigable de Rennes à Messac, et permet dès 1585 la première liaison fluviale de la capitale bretonne à Redon et au « golfe de Gascogne » par la Vilaine maritime.
L’intérêt économique d’un canal de Nantes à Brest est de désenclaver le Centre-Bretagne (avec peu de chemins à peine carrossables, il est appelé « la Sibérie de la Bretagne »), permettant à tous les points de ce territoire d’être à moins de 15 kilomètres d’une voie d’eau (mer et ses rias, rivières ou canal). En 1627, les États de Bretagne approuvent un projet destiné à relier Brest à Carhaix par un canal, mais ce projet avorte par manque de financement.
En 1730, l’ingénieur Abeille propose de canaliser la Vilaine, l’Ille et la Rance, afin de relier la Manche et l’océan Atlantique par un réseau fluvial. Ce sont les différents blocus maritimes, imposés depuis 1688 sous le règne de Louis XIV, qui conduisent les États de Bretagne à faire étudier la mise en place d’un réseau de canaux, en Bretagne, et aussi dans le Maine. En 1745, le comte François Joseph de Kersauson initie un vague projet de Nantes à Brest qui est abandonné, faute de financement. En janvier 1783, une commission de navigation intérieure est nommée pour étudier tous les projets. Partant de cette idée, cette commission présente au roi Louis XVI, le 31 octobre 1784, une carte générale des projets qu’elle lui commente. Cette commission spéciale s’entoure des compétences de membres de l’Académie royale des sciences, dont l’abbé Rochon ou Nicolas de Condorcet qui analysent notamment les mémoires des différents projets de navigation. Il faut cependant attendre le début du XIXe siècle et le blocus de Brest par les Britanniques, pour convaincre Napoléon Ier de l’intérêt stratégique de débloquer Brest par l’arrière-pays, d’approvisionner en vivres et munitions les arsenaux de Brest et Lorient avec Nantes et Saint-Malo

La portion située dans la Loire-Atlantique comporte 18 écluses sur environ 74 km. L’écluse n°1 de Saint-Félix délimite le début du canal entre la Loire et l’Erdre.

Pour en savoir plus, cliquez ici

Sélection de produits à Nort-sur-Erdre