L’histoire du Golf façonne aujourd’hui son image.

L’histoire du Golf façonne aujourd’hui son image.

PREMIERS COUPS DE GOLF DANS LE DÉPARTEMENT ET À NANTES

En Loire-inférieure (maintenant Loire-Atlantique), le premier golf est créé à Pornic en 1912 par de riches Parisiens en villégiature. Bon nombre de Nantais commencent à s’initier à ce sport, retrouvant des Britanniques de passage sur la côte.

Ce n’est qu’après la guerre 14-18 que l’on trouve trace de cette activité à Nantes. Le 8 Novembre 1921, Francis Merlant demande au maire de Nantes, au nom d’un groupe d’amis, l’autorisation de créer sur le terrain municipal du Petit-Port (un hippodrome) des aménagements provisoires pour pratiquer le jeu de Golf : « Les aménagements consistent dans l’édification de petites banquettes de 2 mètres carrés sur 50 centimètres de hauteur et dans l’aménagement au milieu des carrés d’herbe de trous de 0m25 de profondeur sur 20 centimètres de diamètre ».

Dès 1922, le club de golf compte 30 sociétaires. Il faut donc trouver un site digne de ce développement. Le 29 janvier 1924, un groupe d’amis composé d’industriels et de commerçants nantais parmi lesquels on trouve Lefèvre-Utile, Amieux, Mallinson, Pilon de Loynes, Laraison, Marx, Allain des Beauvais, Marc et Yves Piron, de la Bruère, Georget, Cossé, Pergeline… constitue une société civile immobilière (SCI) et se porte acquéreur de la « Ferme des Basses Naudières », plus connue sous le nom de « Ferme des Noëlles » située à Saint Herblain, d’une superficie de 12 hectares, appartenant à Chiron. Dans la foulée, la SCI se porte acquéreur de la « Ferme des Tillay » appartenant au comte de la Gournerie, d’une superficie de 7 hectares. L’investissement global s’élève à 435 000 francs, dont 250 000 pour l’achat du terrain, 125 000 pour les frais d’aménagement et 60 000 pour les travaux du pavillon qui servira de club-house et que l’on peut voir encore aujourd’hui à l’arrêt de bus des « Noëlles ». Le parcours reste un neuf trou de Par 35 mais s’allonge maintenant à 2.660 mètres sur 14 hectares.
À cette époque, amateur et joueurs confirmés jouaient avec des clubs en bois qui s’appelaient Brassie, Baffy, Cleek, Mashie, Jigger ou Niblick et avec 7 clubs dans un vieux sac de toile que l’on portait sur l’épaule. Au départ, pour le driver, on plaçait la balle sur une petite montagne de sable pris dans une boîte spéciale réservée à cet usage, car les tees n’existaient pas encore. Les femmes jouaient en chapeau et en robe et les hommes portaient des plus-fours en tweed plus ou moins amples ce qui, par temps de pluie, leur évitait d’être crottés jusqu’aux genoux.

Ainsi, le Golf de Nantes, qui comportait un parcours de 9 trous, était lancé à Saint Herblain, près de la route de Vannes, et les Nantais étaient nombreux à venir flâner le dimanche dans ce lieu verdoyant, voir à s’initier à ce jeu devenu un sport réservé jusqu’ici à une élite. Cette même année 1932, par suite de difficultés, l’association avait dû arrêter son exploitation. Le Stade Nantais Université Club (SNUC), club phare de la ville, par l’intermédiaire de son président, Pascal Laporte, signe un bail avec la société immobilière, crée une section golf, et entreprend des travaux pour l’amélioration du terrain, notamment des drainages permettant son utilisation en hiver comme en été. Ainsi, le nombre de membres adhérents pratiquant le golf passe en 1933 de 82 à 140. Un contrat est établi en date du 15 juin 1942 avec le ménage de gérants chargé de l’entretien du golf.
Mais la guerre et l’occupation allemande seront des périodes difficiles pour cette activité sportive. Alors que les balles de golf deviennent chaque jour plus rares, comme l’acier pour la fabrication des clubs, les terrains et les bois du Golf des Noëlles continuent à être régulièrement entretenus jusqu’en mars 1944. A cette date, les Allemands s’y installent, creusent une énorme tranchée anti-char et procèdent à des travaux de déboisement afin de protéger le mur de l’Atlantique. Ainsi disparaissent tous les arbres recouvrant la moitié du terrain. La suppression des haies défigure le parcours. À la place de la charmante et verdoyante campagne où il se situait, le Golf des Noëlles se trouve maintenant dans une banale banlieue. L’avenir est plutôt sombre. Le terrain fut inutilisable jusqu’à la Libération. Cependant le club continue à vivre, non sans difficultés, jusqu’en 1964. Les membres de la société civile immobilière décident alors la vente des terrains des Noëlles. La ville de Saint Herblain, en plein développement démographique, trouve là une excellente opportunité pour la construction de 508 logements.

Pour en savoir plus, cliquez ici

Sélection de produits à Nort-sur-Erdre